C'est en 1875 que naissent les études patronymiques de Gorges Darwin (astronome et mathématicien).  Ce dernier observa qu'en fonction de leur appartenance sociale on trouvait (en Grande Bretagne) entre 2,25 % et 4,5 % de mariages entre cousins germains.


À partir des années 90 les conclusions de Darwin prennent toute leur signification : adjointe à la génomique (1), la génétique permet de retracer la lignée d'une personne de père en fils, grâce au chromosome Y.
Actuellement, les tests ADN ne permettent d’accéder qu'à deux branches pour l'homme et à une pour la femme. Leur intérêt est de permettre de se raccrocher à un haplogroupe (2) et de comparer sa lignée génétique à d'autres, afin d'y découvrir ou pas une similarité.

En 2005, le projet génographique (3) constitue une nouvelle étape en génétique, permettant de tester  douze marqueurs STR (séquences répétées en une séquence d’ADN) sur le chromosome Y.

Ces avancées ont conduit des scientifiques à élaborer, tout récemment, un outil GPS (Geographic Population Structure) capable de suivre votre ADN jusqu'à sa région d'origine et permettant de déterminer où il s'est formé il y a 1000 ans.


Un GPS pour la généalogie


ADN_animation.gifVous avez peut-être visionné cette vidéo (en anglais), très populaire sur les réseaux sociaux depuis quelques semaines. Elle évoque ce fameux GPS mis au point par les deux chercheurs évoqués ci-dessus. Créé par Eran Elhaik et Tatiana Tatarinova, de l'Université de Californie du Sud, cet outil reconnaît les diverses populations du monde et détermine l'ADN propre à certaines régions. Lors d'une étude individuelle, Le GPS compare votre ADN à la zone où il est le plus commun.


Si vous souhaitez faire une telle étude sur votre propre ADN, Eran Elahik indique : « il suffit de se procurer un Kit ADN. Lorsque les résultats sont prêts, téléchargez-les sur notre site. Lancez ensuite le GPS. Vous recevrez la localisation de votre ADN sur une carte, accompagnée d'un texte explicatif ».


La localisation précise de l'ADN d'une personne possède un double avantage : elle est non seulement utile pour une recherche généalogique en certifiant par exemple que vos ancêtres Bretons dénichés dans les registres anciens sont bien originaires de Bretagne car votre ADN s'y situe, mais elle possède également des avantages médicaux. Elle permet ainsi aux médecins d'identifier une éventuelle fragilité en réponse à certaines anomalies génétiques, ou à votre système de défense face à certains traitements. Beaucoup de spécialistes se penchent aujourd'hui sur la question.


Cependant l'ensemble des pays n’autorisent pas ce type de test ADN, comme c'est le cas en France ou la règle en la matière est stricte. Cette législation n'est cependant pas problématique pour une véritable recherche généalogique, puisque les tests ADN ne permettent bien sûr pas de retracer un arbre généalogique ou de mettre un nom sur ses ancêtres : la consultation des archives reste primordiale.


« La généalogie génétique est une généalogie amusante, complémentaire de la généalogie traditionnelle, mais qui ne la remplacera jamais parce qu'elle ne comporte ni date ni nom ni lieu. » confirme le journaliste et généalogiste, Guillaume de Morant, auteur d'un ouvrage sur la généalogie et la génétique, que nous avions interviewé l'année dernière.



(1) Génomique : La génomique regroupe un ensemble d'analyses qui vont de l'établissement de cartes du génome (cartographie) à l'identification de nouveaux gènes.
(2) Haplogroupe : un haplogroupe est une sorte de branche de l'arbre généalogique de l'homo sapiens. En génétique, il désigne un grand groupe des gènes situés sur le même chromosome.
(3) Le projet génographique est une étude lancée en avril 2005.


Pour en savoir plus :
- l'interview de Guillaume de Morant
- Tous cousins, la preuve par l'ADN
- A quand la reconstitution du génome de l'Homo erectus