Parmi les documents accessibles sur Internet, on oublie souvent ceux qui sont mis en ligne par les centres d'archives. Nous avions par le passé évoqué toutes les pièces de l'affaire Vacher (un meurtrier en série qui a défrayé la chronique à la fin du XIXe siècle) mises à disposition par les archives départementales de l'Ain, cette fois-ci nous vous présentons un petit dictionnaire mis en ligne par les archives du Finistère.


dico_poilu.jpg"Le Poilu tel qu'il se parle, dictionnaire des termes populaires récents et neufs employés aux armées en 1914-1918 étudiés dans leur étymologie, leur développement et leur usage" est une publication savoureuse, qui trouve un écho tout particulier aujourd'hui, à la veille des commémorations du centenaire. On appréciera non seulement ces définitions de l'argot des soldats souvent très drôles, mais on pourra aussi mieux appréhender la signification de ces termes employés par nos aïeux soldats, qui truffent une abondante littérature de guerre éditée depuis un siècle, et mieux comprendre la vie qui fut la leur.


Ce modeste ouvrage (de 620 pages tout de même) fut réalisé par un professeur de lycée à Nantes, Gaston Esnault, né en 1874 et incorporé dans l'Infanterie Territoriale pendant la Grande Guerre. Il fut publié à la fin de la guerre. Il se distingue d'un autre ouvrage de référence, celui d'Albert Dauzat, linguiste réputé et reconnu dont les travaux sur les noms de famille conservent aujourd'hui une grande valeur, paru à la même époque par la crudité des termes et de leurs définitions.
Selon l'historienne Odile Roynette, ce "Poilu tel qu'il se parle" constitue à ce jour l'une "tentatives les plus abouties" en la matière, il ne s'agit donc pas ici d'un simple travail anecdotique.


Les archives du Finistère consacrent une pleine page à ce précieux petit guide, son histoire et son auteur.

En voici quelques extraits particulièrement grinçants :

  • apprenti-cadavre, m., Ambitieux ; 81 art. l., mai 18. - Qui veut monter en grade ou grimper aux honneurs risque sa peau.
  • échappés de cimetière, m., Vieux officiers des services d'arrière ; 81e art. l., mai 18. -  Cf. rupture
  • excès de zèle, m., Adjudant ; D. - Cf. cafard, m., Adjudant ; D. ;  - aboyeur, m., Sous-officier ; D. - Ils cafardent (mouchardent), ou gueulent, par excès de zèle.
  • quart à trous, m., Ivrogne ; voir étui ; - sémantisme analogue à panier percé, Dépensier.
  • usine à gaz, f., Avion Bréguet ; DÉCH. - Cf. cuisine -roulante.


> Télécharger "Le Poilu tel qu'il se parle" au format PDF (sur www.archives.org")