Hélas, la joie qui s'empare du chercheur à l'idée de retrouver ses ancêtres ayant combattu dans les armées de Napoléon (pensez-donc, on se situe à peu près à la huitième génération, ce qui fait 64 hommes susceptibles d'avoir été enrôlés !), se ternit vite par la difficulté de la recherche... Mémoire des Hommes l'explique par ailleurs fort bien dans sa rubrique "Aide" :

"Avant toute recherche d’un militaire dans les registres matricules, il est nécessaire de connaître son unité d’appartenance et sa date d’incorporation. À défaut, de fastidieux dépouillements sont indispensables puisque les registres sont classés par unités puis par dates. A l'intérieur d'un registre, le mode de recherche le plus simple passe par la consultation des tables alphabétiques qu'on trouve en fin de volume dans la plupart des registres, et qui renvoient aux numéros de pages ou de matricules. L’absence de toute table générale sera progressivement compensée par le travail d’indexation collaborative auquel les internautes seront appelés à contribuer."

Reste un petit espoir de s'y retrouver simplement, si comme nous vous ignorez totalement les régiments dont ont fait partie vos ancêtres :

"L’unité d’appartenance et les dates de service peuvent être retrouvées dans les archives du recrutement (listes et tableaux de conscription, de levées et d’appel, listes d’engagés volontaires, etc.) des services d'Archives départementales (série R), lorsque ces documents ont été conservés. Ces informations permettent de poursuivre les recherches dans les cases matriculaires de façon plus directe et précise."

Qui plus est, même en fouillant l'intégralité des documents, on ne serait pas certain d'y retrouver ce que l'on cherche, car ces 1 191 registres ne représentent que 38 % des registres consacrés aux troupes napoléoniennes.

Mais ne faisons pas la fine bouche. Ces registres ont désormais le mérite d'exister sur Internet, et c'est déjà en soit un événement formidable que l'on se doit de célébrer à sa juste manière.

Dressons un rapide aperçu de ce que l'on trouve.

Depuis la page d'accueil de Mémoire des Hommes, cliquez sur "Parcours Individuel" puis "Registres matricules de la garde impériale et de l'infanterie de ligne".

Registres Matricules Infanterie de Ligne.jpg
Lisez bien les explications en totalité, sous le bouton "Faire une recherche".

Registres Matricules Infanterie de Ligne.jpg
Le formulaire qui se présente nécessite, en attendant que les soldats soient indexés, que l'on connaisse l'affectation du soldat. La grande majorité se trouve néanmoins dans l'infanterie de ligne. Tous ces choix figurent dans les pictos situés à droite des cases.

Registres Matricules Infanterie de Ligne.jpg
Cliquez ensuite sur le picto de droite

Registres Matricules Infanterie de Ligne.jpg
Vous pourrez alors dérouler la liste de tous les régiments, située dans la colonne de gauche. A droite, un lien vers la consultation des images est présent.

Registres Matricules Infanterie de Ligne.jpg
Rendez-vous immédiatement à la fin du registre, pour y consulter la liste alphabétique.

Registres Matricules Infanterie de Ligne.jpg
La fiche matricule du soldat contient de précieux renseignements : ses parents, sa date de naissance et surtout sa description physique ! Votre imagination fera le reste. Suivent sa date d'enrôlement et son domicile, son unité, ses grades et enfin son parcours.

Registres Matricules Infanterie de Ligne.jpg

Transcription du document :

N°579
Gabriel DELALOT
fils de theodore et de Marguerite Pinçon
né le 13 janvier 1778 à Sabloniere
canton de Rebais
département de Seine et Marne
taille d'un mètre 76 centimètres,
visage ovale front haut
yeux bleus nez long
bouche moyenne menton rond
cheveux et sourcils châtains
Arrivé au Corps
le 21 pluviose an 7
Conscrit de l'an 7
(perruquier)

Son domicile, à l'époque de
son entrée au service, était
à Sabloniere
départ. de Seine et Marne
2ème B(ataill)on 7ème C(ompagn)ie Caporal le 21 messidor
an 8, fourrier le 10 g(ermin)al an 10
sergent le 21 floréal
an 12
passé à la gendarmerie impériale le 25
frimaire an 14.
a fait la Campagne de Vend(émiai)re a an 14 a la grande
armée.