De nombreux exposants seront présents auprès desquels vous pourrez obtenir des informations et discuter généalogie !

Voici le détail des conférences :



heiser.jpg9h45 (Salle 1) - Sandrine HEISER : Votre ancêtre était… une femme !


Organisée à Vincennes le 26 juin 2012, la première Journée du généalogiste a vu la publication d’un guide pratique, édité par le Service historique de la Défense (SHD) afin de faciliter la recherche d’un ancêtre dans les archives militaires. Le chapitre intitulé « Votre ancêtre était… une femme » a immédiatement rencontré un vif succès. C’est pourquoi il a semblé opportun de détailler dans le cadre des Deuxièmes Généalogiques les ressources conservées par le Service historique de la Défense sur l’ensemble de ses implantations. Le SHD offre en effet une mine d’informations sur les femmes, qui sont de plus en plus concernées par la chose militaire à partir de la Première Guerre mondiale. Si, jusqu’au XXe siècle, l’armée semble a priori être une affaire d’hommes, dans les faits, de nombreuses femmes ont approché le milieu militaire et, outre les milliers de dossiers des personnels féminins, l’on trouve aujourd’hui dans les archives les traces de millions d’épouses, de veuves, de mères de militaires ou encore de femmes jugées par l’institution militaire.

Sandrine HEISER diplômée de l’Ecole Nationale des Chartes,  est Chef du Bureau de la Valorisation Culturelle des Publications et des  Publics au Ministère de la Défense, Service Historique (Vincennes). Co-signataire d’un guide avec Vincent MOLLET : Vos ancêtres à travers les archives militaires, elle vous propose de découvrir toute la richesse du SHD.



provence.jpg10h00  (Salle 2) - Myriam PROVENCE : Identifications dans le cadre de reprise de concessions funéraires.


Myriam PROVENCE vous fera découvrir une autre source généalogique au travers de l’Identifications dans le cadre de reprise de concessions funéraires.

Vous souhaitez effectuer des travaux sur un monument funéraire, vous désirez vous faire inhumer ou faire inhumer un parent ou une personne qui vous est chère dans une concession, parfois le droit sera de votre côté, quelquefois vous devrez œuvrer à prouver votre bon droit.
En effet, les dispositions funéraires sont regroupées au sein du Code général des collectivités territoriales, et certaines se trouvent au sein des Codes de la santé publique, de l’urbanisme, de la construction et de l’habitation et des assurances. Cette fragmentation rend difficile l’information des particuliers et il règne une certaine méconnaissance des droits en cette matière.
Aussi ce qui vous apparaît comme un droit légitime peut vous amener à établir des ascendances, des descendances, à localiser des personnes et à collecter documents et preuves.
Il faut du temps, de l’argent et de la patience. Prélude au droit funéraire, cet exposé vous fera découvrir la complexité de « monter » un dossier pour bénéficier d’une façon ou d’une autre d’une concession funéraire et vous apportera quelques méthodes

Myriam PROVENCE : Après des études d’histoire, c’est tout naturellement que Myriam PROVENCE est passée de la démographie historique à la généalogie. Myriam PROVENCE n’est pas simplement que généalogiste professionnelle, elle est aussi Vice-présidente de la Chambre Syndicale des Généalogistes et Héraldistes de France ainsi que  l’auteure de nombreux ouvrages.



mergnac.jpg11h15 (Salle 1) - Marie-Odile MERGNAC : Le cadastre et le fonds des hypothèques en généalogie.


Marie Odile MERGNAC vous proposera d’autres voies d’exploration de la vie de vos ancêtres au travers du cadastre et le fonds des hypothèques en généalogie.

Le cadastre apporte des informations à la fois sur l’ensemble des biens d’un aïeul sur une même commune et sur les maisons elles-mêmes. Sur la fortune locale d’un ancêtre, le cadastre montre en une seule page toute une vie d’acquisitions, de rachats, de ventes, d’échanges… Il montre les plans des maisons à plus de deux siècles d’écart et des registres permettent de savoir à quand remontent les modifications. Pour une recherche plus complète, il faut ensuite rebondir vers le fonds des hypothèques puis, avant la Révolution, vers les archives des notaires.
Les archives des hypothèques, souvent déposées aux archives départementales depuis peu de temps, restent inexplorées. Or, elles donnent une vue d’ensemble du patrimoine de nos aïeux et de son évolution sur toute leur vie, ce qui est infiniment plus satisfaisant qu’un acte notarié isolé. Enfin, les registres sont une merveilleuse source d’informations en généalogie descendante, car les dates de naissance et tous les lieux de vie successifs des personnes mentionnées y figurent à partir de la fin du XIXe, voire du second Empire. La conférence indique ce qu’il est possible de trouver dans ce fonds, et comment l’explorer, car son maniement n’est pas simple.

Marie Marie-Odile MERGNAC est une historienne et une généalogiste. Elle a publié de nombreux livres de généalogie, participé à de nombreuses revues et parutions. Elle dirige les collections des Editions Archives et Cultures.



malhache.jpg11h30 (Salle 2) - Jérôme MALHACHE : Les volontaires nationaux : des parcours et des généalogies.


Dans la tourmente des guerres de la Révolution et de l’Empire les Volontaires, ceux de 1791 puis ceux de 92 et 93, semblent être les combattants les plus difficiles à pister. Pourtant profils et parcours sont intéressants. Représentant plusieurs générations, jeunes gens ou hommes d’âge mûr, ils constituent un maillon entre deux mondes, entre deux siècles. Ils sont parfois le chaînon manquant dans une généalogie. Les sources sont dispersées. Mais une approche méthodique permet de recourir aux bonnes archives pour découvrir un parcours de vie et pour compléter l’histoire familiale.

Jérôme MALHACHE est généalogiste professionnel.



archassal.jpg13h00 (Salle 2) - Pierre-Valéry ARCHASSAL : La paléographie: comprendre les actes.


Combien d’entre nous se sont confrontés à la lecture d’un acte dont l’écriture vous a semblé hermétique, Pierre-Valéry ARCHASSAL  vous donnera quelques clés pour mieux comprendre les actes en paléographie.
Pour être sûr de bien comprendre les actes qui servent à notre généalogie, il faut apprendre à lire l’écriture de scribes d’hier. Qu’il s’agisse de curés, de notaires, de greffiers de la justice ou des collecteurs d’impôts, chaque époque se caractérise par une écriture particulière. En remontant le temps, la lecture des archives anciennes devient de plus en plus difficile et, par cette conférence, Pierre-Valéry ARCHASSAL vous délivrera quelques astuces et secrets de lecture pour mieux vous débrouiller dans vos recherches. Spécialiste de la paléographie, il donne depuis plus de vingt ans des cours destinés aux généalogistes qui ont déjà accueillis plusieurs centaines de participants.

Pierre-Valéry ARCHASSAL passionné par la Démographie historique qu’il a découverte avec Jacques DUPAQUIER à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, se consacre à des reconstitutions de populations de villages entiers. Consultant sur les chaînes nationales de radio ou de télévision, rédacteur à Revue française de généalogie, il est  membre titulaire de l’Académie Internationale de Généalogie, membre fondateur de la Fédération Européenne de Généalogie et directeur de l’Observatoire Européen de la généalogie. Il  fonde l’Institut de paléographie généalogique, organisme destiné à populariser la lecture des archives par les chercheurs amateurs. En décembre 2012, il est pionnier de la formation généalogique en ligne grâce à deux modules d’initiation à la paléographie. Il est également l’auteur de multiples ouvrages.



labansat.jpg14h30 (Salle 1) - Sylvie LABANSAT : Écrire l’histoire de sa vie : entre mythes et réalité.


 Sylvie LABANSAT vous conduira sur le chemin de l’écriture en démêlant les fils de la mémoire afin d’écrire l’histoire de votre vie : entre mythes et réalité.

La quête de ses racines est un voyage infini. Nourris de détails du quotidien et de fragments de la Grande Histoire, les souvenirs familiaux prennent ancrage dans des émotions, des sensations (sons, odeurs, saveurs…) et des objets du quotidien. Mais nos réminiscences sont éparses, imprégnées de subjectivité et menacées par l’oubli et les caprices de notre mémoire.
Alors, comment retracer son parcours et celui de son lignage ? La richesse des archives publiques permet de confronter les légendes familiales avec la réalité, de dépasser les limites de la mémoire humaine et de découvrir des ancêtres, métiers, lieux… encore inconnus.

Sylvie LABANSAT : Spécialiste de la communication, Sylvie LABANSAT a enseigné pendant onze ans au CELSA/Paris 4 Sorbonne. Sous l’enseigne « Alors, raconte-nous… ». Elle met depuis quatre ans sa plume au service des particuliers et des entreprises, désireuses de retracer leur parcours de vie. Polyglotte, elle est en mesure d’étudier des documents dans plusieurs langues étrangères. Ses travaux ont couvert jusqu’ici les pays suivants : France, Italie, Portugal, Pologne, Russie, Tunisie, États-Unis et Argentine.



gordien.jpg14h45 (Salle 2) - Emmanuel GORDIEN : Comment j’ai retrouvé mes parents qui ont vécu l’esclavage colonial.


Emmanuel GORDIEN dénouera pour vous le fil de vos généalogies antillaises et vous donnera des clés afin de  retrouver vos parents qui ont vécu l’esclavage colonial.

Les sociétés antillaises sont nées dans l’esclavage colonial. Nos aïeux esclaves avaient pour tout état civil qu’un prénom ou un sobriquet, et à partir de 1839, un numéro matricule. Après l’abolition de l’esclavage, quelque 150 000 esclaves en Guadeloupe et en Martinique reçurent des “nom de famille”. Nous avons pu retrouver tous ces noms et les individus qui les ont portés pour la première fois. Nous avons pu établir des histoires généalogiques de ces parents ainsi retrouvés. Nous vous racontons ici comment une famille antillaise a retrouvé l’histoire de ses aïeux esclaves.



16h00 (Salle 1) - GENEANET : présentation du site et de ses richesses



16h15 : (Salle 2) - NOTREFAMILLE.COM : les indexations ou comment faire une recherche rapide.

"Les Généalogiques" se tiendront dans les Salons de l’Aveyron, 15 Rue de l’Aubrac - 75012 PARIS, de 9h00 à 18h00.
L'entrée est libre et gratuite.

A bientôt !

Retrouvez toutes les informations sur le site des Généléogiques : http://genealogiques.fr/

Les_genealogiques.jpg