C'est pourquoi nous avons choisi de porter un coup de projecteur sur ceux qui consacrent une partie de leur précieux temps à enrichir le site : les contributeurs ! Ils nous expliquent mieux que quiconque pourquoi ils ont choisi de partager leurs trouvailles.


Annie_6_ans.jpgDes mordus de généalogie !


Les contributeurs de GeneaNet et de Geneawiki sont, comme nous tous, des fans de généalogie. Pierre Bachelin, la soixantaine, Île de France (75)  et Annie Gaillandre, 64 ans, Les Ulis (91), ont commencé leurs recherches généalogiques il y a une trentaine d'années !


Certains sont là depuis la création du site : « J'ai commencé mes recherches généalogiques en 1991 et j’ai un compte sur GeneaNet depuis 1995 si je me souviens bien, dès le début. », nous dit Louise Le Goaec, 68 ans, Magalas (34).

Et, au départ, ce n'était peut-être que de la simple curiosité... Comme, par exemple, pour Dominique Wintz, 56 ans, Montigny-le-Bretonneux (78) : « J'ai commencé avec mon père en 1985 aux archives du Bas-Rhin et Haut-Rhin, car j'avais des photos de ma grand-mère paternelle  et je souhaitais mieux situer les personnes. » et Sophie Montaubric, 43 ans, La Rochette (77) : « J'ai commencé mes recherches généalogiques en 1986 à l'âge de 16 ans. Ma grand-mère m'a raconté l'histoire de son village détruit durant la guerre de 1914-1918 et ça m'a donné envie de connaître les personnes qui vécurent cet événement.»

Alain_CLAUDEVILLE.jpg


Sophie est d'ailleurs contributrice depuis longtemps ! « J'ai découvert le site avec l'apparition de l'informatique et j'ai trouvé formidable le partage desdonnées. Du coup, j'y ai adhéré immédiatement ! Dès que j'ai eu un scan et du temps, j'ai mis mes actes en commun. » Tandis que d'autres, comme Yves Leclerc, 57 ans, Epinay sur Orge, commencent à peine : « Cela fait un an que je numérise au CARAN.»


Contribuer, oui mais comment ?


Alain Claudeville, 67 ans, Nesle (80)
, a connu GeneaWiki par le biais de la rubrique « cartographie » de son arbre en ligne : en sélectionnant une commune dans cette rubrique, il est possible d'accéder à sa page GeneaWiki. « 
Les fiches des communes qui me concernaient étaient vide. J'ai continué à contribuer et à en remplir d'autres. »


Louise
, elle, met sur le site ses photos et ses cartes postales. 1477 cartes postales ont ainsi été publiées par ses soins ! «
 J’ai fait toute une campagne, il y a 2 ans, de numérisation de mes vieilles cartes postales. Pour les actes quand je vais en archives je fais systématiquement des photos numériques. Cela concerne le plus souvent des actes soit de consanguinité, soit de justice civile (décrets de mariage, émancipation, tutelle après décès du père etc…) ».


Régionalisme, photos, actes, registres... la plupart se concentrent sur une région en particulier : Annie sur Paris, Yves sur le Cantal et la Bretagne, Pierre sur la Bourgogne et l’Île de France...


Du temps... à perdre ?

sophiegwen.jpg


Le temps consacré aux contributions varie selon les tâches et le temps libre des contributeurs. Cela dit, on ne va pas vous mentir, ça prend du temps ! Entre deux et quatre heures par jour sont utiles à Dominique, parfois même une semaine, pour vérifier les renseignements « Mais c'est surtout une satisfaction de trouver un chaînon manquant. », alors qu'Annie dispose d'un jour par semaine pour publier les actes qu'elle partage. Sophie raconte : « Lors de ma dernière visite à de la famille en Charente-Maritime, j'ai photographié tout le cimetière sous un soleil de plomb. Ça m'a pris au total une quinzaine d'heures et je n'ai toujours pas fini de tout mettre en ligne ! »


Concernant les photographies de monuments, Louise et Sophie ouvrent l’œil dès qu'elles se déplacent et gardent sur elles un appareil photo ou un smartphone afin d'immortaliser plaques, églises, cimetières...


Mais alors, pourquoi ?

2008_10_07_Dom_004.jpg


Pour la plupart, le partage est essentiel à la généalogie : Dominique trouvait dommage de passer à côté d'actes qui auraient pu intéresser d'autres personnes, Annie évoque un souci d'efficacité et complète : « 
C'est une évidence, les archives ne m'appartiennent pas, elles sont à tous ». Quant à Yves et Louise, ils ont beaucoup été aidés par d'autres généalogistes et ont choisi de rendre dans une certaine mesure l'aide qui leur a été apportée. Ce que Pierre résume très bien lorsqu'il nous dit : « Le partage, apporte le partage. »


Il existe néanmoins d'autres raisons ! « 
J'ai aussi de la famille au Venezuela et en Argentine. Nous échangeons nos connaissances généalogiques et photos par ce biais. », explique Alain.


Ce travail, qui n'est pas anodin, apporte une satisfaction  personnelle à Annie, Sophie et Pierre. Les contributeurs interrogés évoquent également des rencontres, la joie d'avoir pu aider les autres, ou même, pour Louise et Alain, le fait que cela leur ait permis de mieux connaître leur propre famille. « C'est aussi un jeu, souligne Pierre, un jeu de piste que de retrouver les lignées, le recoupement d'informations et quelle joie lorsqu'on découvre un rapprochement avec une personne inconnue jusqu'alors, surtout contemporaine ! »
Pierre.jpg


Et, même si les remerciements ne sont pas automatiques et beaucoup plus fréquent sur les arbres en ligne (comme pour Yves et Dominique) que sur les actes numérisés et dépouillés, les photographie de monuments ou encore la contribution au geneawiki, plusieurs contributeurs ont eu des retours : Pierre, par exemple, a eu à la fois des remarques positives et d'autres négatives : « Les positives émanaient de personnes satisfaites de pouvoir démarrer ou de compléter leurs recherches. Pour les négatives , on a pu me reprocher d'avoir retiré le plaisir de la recherche, de la découverte personnelle. »


Quant à
Sophie, qui a peu de retours, on l'a, une fois, chaudement remerciée pour son travail : «  J'ai peu de retours de personnes ayant profité de mon travail, plus exactement, j'en ai eu un ! Une personne ravie qui m'a dit qu'elle cherchait depuis des années des traces de son aïeul et qui, grâce à l’indexation du cimetière de mon village sur généanet, avait donc retrouvé sa date de décès, son lieu de vie, sa femme, etc.. J'en ai été ravie ! »


Contributeur ? Moi ? jamais ! 

Nous venons de le voir, on peut devenir contributeur pour différentes raisons et se livrer à des travaux variés. Et, même si les remerciements ne pleuvent pas, les contributeurs sont heureux de pouvoir aider les autres généalogistes! Eh oui, sans entraide, combien de temps mettrions-nous à trouver ce que nous cherchons ?! N'oubliez donc pas de remercier ceux qui vous ont peut-être permis à un moment ou à un autre d'avancer un peu plus vite et, si vous le souhaitez, contribuez à votre tour !

hazaers.jpg


Différents moyens de contribuer :

  • Participer à Geneawiki : rédiger des articles autour de la généalogie ou d'une commune (comme Alain)
  • Photographier des actes notariés, dans les AD (comme Dominique) ou au Archives nationales (comme Yves et Annie),
  • Poster des photographies de monuments, de plaques de rue ou de tombes... (comme Sophie),
  • Numériser des cartes postales anciennes (comme Louise),
  • Transcrire des actes (comme Pierre),
  • Transcrire des pages de registres et les dépouiller,
  • Publier ses propres actes numérisés sur son arbre, ainsi que ses photos de famille anciennes, comme beaucoup le font déjà,
  • (...)



Merci à Dominique, Louise, Sophie, Pierre, Annie, Alain et Yves qui ont bien voulu répondre à nos questions ainsi qu'à tous les autres contributeurs de GeneaNet et de GeneaWiki

Vous aussi, participez !

Le partage et l'entraide sont les fondements de la généalogie ! Depuis 1996,  tous les passionnés partagent librement et gratuitement leurs données sur GeneaNet. Rien n'est plus simple et nul besoin d'être féru d'histoire : prenez des photos de monuments comportant des noms ou aidez au relevé des noms figurant sur ces photos... N'hésitez plus, les petits ruisseaux font les grandes rivières !


- Comment contribuer ?