Très souvent, les prénoms de l'époque sont donnés en fonction du parrain et de la marraine, ce qui transforme parfois un féminin en masculin (et vice-versa) lorsque le sexe de l'enfant attendu n'est pas celui du parrain prévu. Les déformations ainsi faites sont parfois surprenantes : Evoz (masculin d'Eve), Pernatte (féminin de Pierre), Henriot (féminin d'Henri)... On retrouve aussi des variantes de nos prénoms actuels comme Dizier pour Didier, Etevenard pour Étienne. Quant à Généreuse et Prudent, difficile de douter de l'origine des prénoms. Mais il existe également toute une ribambelle de prénoms plus étonnants les un que les autres ! En voici un petit florilège, dans lequel il vaut mieux piocher avec soin si vous comptez les utiliser pour vos enfants ou petits-enfants :

Outre les petits noms d'origine germanique et ceux aux sonorités inhabituelles du type Arnulphe (m) et Servasie (f), il existe des prénoms dits « scientifiques », développés après la révolution et très rares tels que Chrysologue (m), Jocond (m), ou Crescence (f).

hymerius.jpgDe plus, sous l'ancien régime, beaucoup de prénoms peuvent être reliés à des Saints locaux. C'est le cas d'Antide (m - Saint évêque de Besançon au 5ème siècle), Deile (m - Saint Irlandais), Magne (m), Prothade (m), et bien sûr Barbe (f).

Parfois, il est aisé d'imaginer les opinions politiques des parents à travers les prénoms de leurs enfants. Comme lorsque ceux-ci appellent leur fils Maximilien en 1793, Napoléon en 1810, ou même François et Élysée !

Par la suite, après la fin de l'ancien régime et la naissance de l'état civil, de nouveaux prénoms apparaissent encore, tout aussi étranges mais, ceux-ci, plus difficiles à tracer puisqu'ils sortent de l'imagination de parents désireux de se départir de l'influence religieuse ou de suivre une mode particulière.  

Certains de ces prénoms ont eu un regain de popularité ces dernières années. Il existe des enfants et des adolescents qui s'appellent aujourd'hui Céleste, Jules, Garance, ou encore (un peu plus étonnant) Lin !

Si cette petite rétrospective sur les prénoms vous a donné des idées, un conseil : évitez peut-être Népomucène ou Symphorienne...

Consultez notre rubrique "D'où vient mon prénom ?" sur GeneaNet et découvrez des statistiques sur la fréquence des prénoms recensés par les généalogistes depuis 1600 !

prenoms.jpg

[ d'où vient mon prénom ? ]


- Vignette: Sainte Barbe, M. Schongauer, 15ème siècle - Gallica
- Image : Imier (m), Hymerius en latin. Petite-Croix, 1679, or. de France - http://www.lisa90.org
- La base de données prénoms de GeneaNet: http://www.geneanet.org/prenoms/search/